free portfolio web templates
Les solutions
Les solutions
La chirurgie pelvienne chez la femme

La chirurgie est une modalité de traitement courante pour l'incontinence urinaire à l'effort (IUA), proposée en général aux femmes ayant eu un échec avec les traitements conservateurs. Les bandelettes sous-urétrales ont supplanté la colposuspension parce que les taux de guérison sont comparables et le temps de récupération est réduit. 

Lorsque le traitement par kinésithérapie est insuffisant ou que l’incontinence est d’emblée sévère, le traitement chirurgical s’impose. 

La chirurgie pelvienne  est indiquée dans les formes les plus graves d'incontinence d'effort, afin de remettre l'urètre et la vessie dans leur position anatomique correcte. Lorsque l'incontinence d'effort est aussi accompagnée d'une descente ou d'un prolapsus de l'utérus, l'intervention chirurgicale comprend fréquemment une hystérectomie.

urinaire.com
TVT (Tension-free Vaginal Tape)  : la chirurgie venue du froid (Dr Navarro)

Formé en février 1998 à Helksinki par le Dr Nilsson, le Dr Navarro a, depuis, opéré une soixantaine de patientes âgées de 26 à 89 ans. Preuve que la technique peut être facilement appliquée à tous les âges.
Une anesthésie locale permet de dialoguer avec la patiente et d'ajuster la tension de la bandelette au mieux.
Le tout dure entre 20 et 25 minutes, la patiente peut sortir le jour même dans les 80 % des cas. Dix jours d'arrêt de travail et un mois pendant lequel tout effort est proscrit suivent l'opération dont le taux de réussite est de 80 % à 100 %.
Désormais le TVT a été adopté par de nombreux chirurgiens français et des milliers de femmes ont bénéficié de cette nouvelle chirurgie.

" L'incontinence d'effort se traduit par un jet d'urine plus ou moins important chaque fois que la femme tousse, rit, fait du sport... C'est-à-dire à chaque fois que la pression abdominale augmente. Il n'y a que deux façons de traiter ce problème : la rééducation pour les cas les plus légers ou la chirurgie" explique le Dr Navarro, spécialiste en chirurgie urologique à la clinique Pasteur, qui fut parmi les dix premiers Français à s'intéresser à une nouvelle technique chirurgicale, la TVT, mise au point par des chirurgiens scandinaves.

"Les femmes se sentent extrêmement diminuées par l'incontinence, cela provoque une importante dégradation de l'image de soi. Je trouve scandaleuses les campagnes de publicité sur les protections vendues comme une solution aux fuites urinaires, alors qu'il existe des techniques éprouvées". (Dr Navarro)
Le TVT est une bandelette sous tension qui soutient l'urètre et empêche les fuites qui diffère des techniques classiques en premier lieu par son côté peu invasif. "Une incision de 1,5 cm dans le vagin et deux autres de moins d'un centimètre sur l'abdomen au niveau du pubis suffisent à installer la bandelette autogrippante qui est en nylon monobrin pour éviter les infections. De plus, cette matière ne bouge pas et écarte les récidives qui pouvaient survenir avec les anciennes techniques".
Le modèle définitif de cette technique a été mis au point il y a cinq ans. L'évaluation a montré des résultats supérieurs de 20 à 25 % à ceux des anciennes techniques qui supposaient de plus larges incisions. (1)

A savoir : 
Le choix du dispositif implantable sera fait par votre urologue. Actuellement, il existe un dispositif en polyuréthane élastique reproduisant le recul naturel d'un plancher pelvien sain qui n'est ni trop fort ni trop fragile, il ne s'affaiblit pas avec le temps et vise à éviter les complications qui surviennent actuellement avec l'utilisation de treillis en polypropylène. (2)

Actualités:  
Les implants en mailles de polypropylène, sous forme de bandelette ou de tapis. 

À travers le monde et en Belgique, des femmes se disent victimes des implants urogynécologiques, ces mailles synthétiques utilisées pour soigner les fuites urinaires et descentes d'organes. Parmi les complications les plus souvent observées, des rapports sexuels rendus impossibles par la douleur, des infections chroniques, la perforation d'organes... Une perspective de calvaire dont les patientes ne sont pas systématiquement informées avant l'opération, pourtant conçue pour être irréversible. Lire l'article sur le vif.be

Merci de partager cette page !

N'hésitez-pas à consulter le médecin concernant vos symptômes !

 Lorsqu'un article émane d'une tierce personne, les sources sont affichées en bas de la page pour plus de transparence. Crédit photos Pixabay

(1) Sources : Journal de Brest 2009 -- (2) The University of Sheffield

Image